Barème des taux de crédit immobilier de l’été 2019

En ce second semestre, les taux de crédit immobilier continuent de baisser.

 

Comme vous pouvez le constater dans le tableau ci-dessous, les bons dossiers peuvent désormais emprunter à:

 

  • 1,18% sur 15 ans;
  • 1,35 % sur 20ans et
  • 1,53% sur 25 ans. 

 

 Durée du crédit Taux excellent*Taux très bon*Taux bon*
7 ans  0,15 % 0,54 % 0,76 %
10 ans  0,46 % 0,69 % 0,95 %
15 ans 0,72 % 0,9 % 1,18 %
20 ans 0,92 % 1,12 % 1,35 %
25 ans 1,04 % 1,3 % 1,53 %

Source des données du tableau : Meilleurtaux.com

*Taux fixes

 

 

Mais jusqu’où cela va t-il aller ? 

 

Selon le dernier rapport de l’observatoire du crédit logement, le niveau des crédits immobiliers est 4.5 fois inférieur à celui du début des années 2000 et 11 fois moins élevé qu’à la fin des années 80. 

 

 

Comment s’explique la faiblesse des taux de crédit immobilier de l’été 2019 ?

 

L’abondance de liquidités et de ressources d’épargne bon marché, ainsi que l’impact de la politique monétaire suivie par la Banque centrale européenne  expliquent cela.

 

 

Quelles sont les conséquences de ces taux toujours plus bas ?

 

Comme nous vous l’avons indiqué dans notre dernier article sur les taux de crédit immobilier, les taux restent sous l’inflation depuis juin 2018. Cela confirme une situation inédite. (Cf article Barème des taux de crédit immobilier du mois de juin)

 

Cette configuration exceptionnelle des taux s’est accompagnée : 

  • D’une augmentation des durées des crédits accordés et
  • D’une diminution des taux d’apport personnel.

 

Cette situation nouvelle peut alors être considérée comme un encouragement à l’endettement et à l’investissement immobilier qui a la particularité de posséder une valeur d’usage.  

 

Bien sûr, dans un contexte de faiblesse des taux de crédit immobilier sur le long terme, une hausse des prix de l’immobilier est à redouter dans les mois et les années à venir.

 

En conclusionles économistes semblent penser que les taux d’intérêt devraient globalement rester faibles dans les années à venir. Cela est nécessaire pour les entreprises, l’Etat, et l’économie réelle d’une manière générale.

Dans cette hypothèse, il n’est pas exclu que la banque centrale européenne décide d’une politique monétaire sélective, c’est à dire qui pénaliserait les crédits immobiliers et limiterait les excès de la faiblesse des taux de crédit immobilier, afin d’éviter  la constitution d’une bulle immobilière. 

 

Pour l’heure, il convient de noter que  l’activité de production de crédits marque une pause après un début d’année intense.

 

Affaire à suivre …

Vous allez aussi aimer : 

Vous souhaitez nous poser vos questions ?

N’hésitez pas à vous rendre sur notre rubrique QUESTIONS/REPONSES ou à nous contacter via notre formulaire CONTACT

Vous souhaitez vous inscrire à notre NEWSLETTER et recevoir nos actus, conseils et bons plans ? 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.